Anciens du Gué - version du 19 juin 2022

-4- Ils nous ont précédé ou côtoyé...

 

Respect pour nos grands anciens présents sur internet !

(ou retrouvé par réseau de connaissances) 

 

 PROMOTION 1946-1950 (la toute première !) 

Bernard LAGARDE

Merci à Pierre POMA (57-60) d'avoir rendu visite à l'un des pionniers du Gué (non visible sur internet) et de nous avoir transcrit et transmis cet entretien. 

Témoignage de Monsieur Lagarde recueilli par Pierre Poma (57-60)
2ème mouture corrigée 23 mai 2022 17 h 33

Itinéraire personnel
M. Bernard Lagarde est né le 21 décembre 1932 à Moret-sur-Loing en Seine et Marne.
Il est actuellement domicilié à Meaux.
Il passe son certificat d'études primaires avec succès (2ème du canton). Étant bon en dessin, il est orienté au « Gué à Tresme », appelé alors « Centre dApprentissage Terre de France », dans la première promotion du 1er octobre 1946.
Il est élève dans la section Staff pendant 4 ans pour une scolarisation qui à l'époque dure 3 ans : en effet, il redouble sa 1ère année suite à des problèmes de santé consécutifs aux effets secondaires d’un vaccin, vraisemblablement le TABDT (Typhoïdes, Paratyphoïdes A et B, Diphtérie, Tétanos).
À la sortie de l'école en1950 il travaille dans un atelier de staff. En 51-52, il devient peintre en bâtiment.

Service militaire
Bernard Lagarde est de la classe 52-2.
Il effectue dabord 18 mois comme appelé puis retourne dans le civil... pour 6 mois car, à cause de la guerre d'Algérie, il est rappelé pour une durée supplémentaire de 3 mois. 
Il effectue ces deux périodes en Allemagne, le contingent des appelés remplaçant un certain nombre de militaires de carrière affectés en Algérie.
De retour à la vie civile, il est pendant cinq ans représentant de commerce puis peintre en bâtiment, se spécialisant dans le placoplâtre où il devient chef de chantier et finit sa carrière comme conducteur de travaux. 
Ses différentes activités professionnelles se déroulent principalement en Seine et Marne, en Île de France et dans les régions Rhône-Alpes, Alpes Maritimes et Bouches du Rhône.

Souvenirs du Gué à Tresmes
En 1946, l'effectif scolarisé est un peu en dessous de 50 élèves : 13 en staff, à peu près autant en section peinture ; la section céramique est un peu moins nombreuse.
Tous les élèves ont un niveau scolaire basique : le certificat détudes primaires, le Certif'. 
Un seul a le Brevet.

Recrutement
Il s'effectue sur la France entière. Les élèves sont tous internes sauf un qui habite à Meaux. Bernard, lui, revient une fois par mois au domicile parental à Moret sur Loing.
Mais au lendemain de la guerre, les transports sont défaillants et il lui faut plus de 4 heures pour rentrer chez lui !
Les cours se déroulent du lundi au samedi midi (ce qui a existé au moins jusqu'en 1960).


Contenu de la scolarité :

  • 2 jours d'atelier par semaine,
  • des cours de calcul,
  • de l'histoire de lart,
  • du dessin professionnel essentiellement orienté sur la géométrie et la perspective,
  • du dessin artistique dont le sujet principal est la nature, le parc du château servant souvent de thème.

Le sport est principalement la course à pied dans le parc, en short, tous les matins à 8 heures.

Tenue vestimentaire
Le port des sabots est obligatoire tout comme celui du costume fourni par l'école pour les sorties et les permissions : veste et pantalon golf bleus, couleur identique pour le béret et guêtres blanches.
Un contrôle régulier du paquetage est effectué : linge plié au carré dans un placard métallique.
Au premier mois de la rentrée en 1946, la literie est composée d'un sac de couchage et d'une couverture.

Environnement
Les conditions de vie sont à la limite de l'insalubrité :

  • Bâtiments délabrés et vétustes.
  • Les carreaux cassés des dortoirs sont remplacés par des cartons.
  • Les toilettes se résument à une construction en planches.

Les cours sont pris au rez-de-chaussée du bâtiment des communs ; les dortoirs sont au premier étage ainsi que l'infirmerie, les ateliers sont implantés dans les anciennes écuries, près du pigeonnier.

À la rentrée de septembre 46-47, au bout d'un mois, les élèves sont renvoyés chez eux jusquau début de janvier afin d'effectuer quelques travaux de restauration ainsi que la construction de deux nouvelles salles de classe dans le prolongement du bâtiment abritant les dortoirs.
Dans la buanderie, on se lave à l'eau froide, exception faite d'une fois pas semaine où l'eau est chaude. Et encore, on ne peut y accéder que par roulement, et pas pour tout le monde.

Repas
Le petit déjeuner est composé de pain rationné par des tickets (J 3). Les repas de midi et du soir sont à base de goulasch et de mou (poumons de bœuf !). En dessert, il y a souvent compote et biscuits.
Pour certains élèves dont les parents sont aisés, l'amélioration est faite grâce aux colis familiaux.
Les repas sont pris dans la salle du château.
Hier réfectoire, elle est aujourdhui salle de restaurant.

Distractions
Du ping-pong installé sous le préau, du cinéma dans le bistrot à Barcy, village à 2 ou 3 kilomètres (à noter que ceci existait aussi dans les années 57-60 ; parfois le cinéma est à Lizy sur Ourcq, lui aussi projeté dans un bistrot).
Le surveillant général habite au château. Il est gardien de football et il donne la possibilité d'assister à des matchs.
La messe du dimanche est à l'église de Congis.

Sanctions
Suppression des permissions, entretien des poêles des ateliers et des chambres des profs. Cette sanction dure toute la journée et empêche de suivre une partie des cours car, préalablement à l'allumage, il faut scier, couper et fendre du bois, ce qui prend du temps.
Le Directeur est M. Hubert Desagneaux. On le voit peu, il est perçu comme "lointain". 

Bernard reste marqué par un sentiment de tristesse des lieux et de l'ambiance. Il a toujours en mémoire cette première journée de rentrée où le chemin menant au réfectoire était rendu accessible par une succession de rondins évitant de s'embourber. Il pleuvait, il pleuvait
Et puis c'est tout simplement un gamin de 14 ans qui entre dans un autre univers : l'internat, loin des siens, dans un régime de discipline strict.

Prise de notes le mardi 19 avril 2022 au domicile de Bernard Lagarde par Pierre Poma né le 23 février 1942 section Céramique Gué à Tresme 1957-60.

Bernard Lagarde nous a également communiqué des documents remarquables : un plan du Gué-à-Tresmes en 1945, deux photos d'atelier (1947 et 1948) et son témoignage manuscrit. Je vous invite a les examiner dans la page que nous lui avons consacrée

1946-1949

Pierre Pillard (DOYEN des anciens du Gué représentés dans ce site)

Pierre est le plus ancien des élèves du Gué que j'ai pu retrouver sur le net.

On y apprend qu'il a aussi été professeur de staff au Gué, de 68 (après les "événements") à 89.

Localisé à Meaux en 2020, toujours vivant, il a 89 ans (né en 1929, il est de 3 ans l'aîné de Bernard Lagarde).

​​​​​​Son empreinte numérique s'avère limitée. Hormis son inscription sur trombi, j'ai néanmoins réussi à trouver une trace de son travail.

Coupole réalisée par des stagiaires sous la responsabilité de Pierre Pillard et Gérard Rondeau, professeurs d'atelier

Gérard Rondeau a retrouvé une photo de Pierre Pillard qu'il m'a envoyé. Je vous la copie ici après avoir tenté de la rendre un peu plus "lisible" :

 

1956

Michel Baziller (Michel nous a quitté en mars 2016)

Laurent son fils nous a confié cette photo de son père à la batterie du Gué. Voici ce qu'il nous apprend à son propos :

"Il était en section peinture, je me souviens qu’il savait peindre tous les bois ou marbres et n’importe quel trompe l’œil.
Par la suite il est entré dans une agence de publicité « pour faire les cafés » puis apprendre son métier
En 1972 il a monté sa première agence de publicité : BAT
Je ne pense pas qu’il ait gardé de contact avec les anciens du Gué
En espérant que ma requête touche certains de ses proches de l’époque et qu'ils puissent me confier des photos de mon père à cette époque…"

 

1957

Gilles Blanchard (http://blanchardgilles.free.fr/)

Merci à Gilles pour nous avoir confié des documents (section "historique" et "rubrique à brac")

Gérard Clisson  (http://gerard-clisson.com/)

Gérard Clisson

 

 

55-58

Guy Sounillac

Laissons le se présenter avec ses mots...

"je suis un ancien du Gué en peinture  des années 1955 à 1958 sous la houlette de VEDRENNE  et Pépère MONNET
Fort de leur très bon enseignement (c'est après qu'on le réalise) j'ai créé mon Atelier PUBLI 12 à RODEZ qui a sévi de 1965 à 2005 et former à mon tour une
douzaine d'apprentis.
Profitant dune retraite tranquille j'ai pu ressortir toiles et chevalet et continuer le Métier sous une forme plus cool en exposant mon travail dans des expositions à PARIS, TOULOUSE, MONTPELLIER, RODEZ et partout en FRANCE ou à l'étranger selon les opportunités.
Si tu souhaites que je te fasse parvenir les quelques documents que possède de l'époque merci de me faire connaitre une adresse postale possible" (mail du 4 février 2018)

nb. : J'ai reçu ces documents et commencé à les intégrer dans la section "historique". Véritable trésor : l'annuaire de l'Association des anciens de 1974 !

et également sur son site http://www.sounillac.com/portrait/

Aperçu de son travail : http://www.sounillac.com/category/galerie/

voir aussi  : http://www.marcillac-vallon.fr/guy-sounillac-peintre-vallon

57-59

André Mugneret

André n'a pas lâché les pinceaux et les modèles défilent toujours dans son atelier (ci-dessous).

Outre la peinture et le dessin, André se passionne pour le Bonsaï Gaulois.

son site : http://andre.mugneret.free.fr/

son jardin japonais

il se trouve aussi sur facebook où l'on peut voir -entre autres- ses dessins d'humour,​ ​​​​tel que celui de la carte de voeux qu'il nous a envoyé (section Archives)

-4- Ils nous ont précédé ou côtoyé...

57-60

Patrice Gérardin​​​​​

Patrice (à la belle époque !)

Patrice, après le Gué-à-Tresmes,  a rejoint l’École des Beaux-Arts de Nancy (7 ans d’études), puis a dû servir la Nation (16 mois dans le Train).
Par la suite installé comme travailleur indépendant (profession libérale) en architecture intérieure (40 ans). Maintenant, depuis près de 10 ans, il aide un copain bouquiniste.

 

Les nombreux documents qu'il nous a confiés ont trouvé leur place dans les sections "belle époque", "historique", "boîte à malices", "documents 57-60".

59-62

Daniel Bousseton (http://danbouss.blogspot.fr/)​​

Daniel (vu par Rembrandt !)

 

 

 

André Gailhard (dit Dède) http://www.publideco-ales.com/

André et son fils devant leur entreprise. Jean-Christophe est aussi un ancien du Gué (89-92)

 

Troisième exemple d'enfant dans les traces de son père (après Assunta Génovésio et Cyril Quilichini) mais premier cas connu de la fréquentation du Gué par un père et son fils.

Jacques Gaffier (dit Kako)

 

61-64

Pierre Papillault (dit PAPY)

Papy saisi par un copain, juste après sa visite au Gué en 2011. Notez la déception !    Bon d'accord je blague ! hormis le fait qu'il s'agit bien à chaque fois de Pierre, les deux clichés ne sont pas liés, cependant ça représente tellement bien mon ressenti devant le piteux état de "notre" château que je n'ai pas pu résister au clin d'œil...
Papy saisi par un copain, juste après sa visite au Gué en 2011. Notez la déception !    Bon d'accord je blague ! hormis le fait qu'il s'agit bien à chaque fois de Pierre, les deux clichés ne sont pas liés, cependant ça représente tellement bien mon ressenti devant le piteux état de "notre" château que je n'ai pas pu résister au clin d'œil...

Papy saisi par un copain, juste après sa visite au Gué en 2011. Notez la déception ! Bon d'accord je blague ! hormis le fait qu'il s'agit bien à chaque fois de Pierre, les deux clichés ne sont pas liés, cependant ça représente tellement bien mon ressenti devant le piteux état de "notre" château que je n'ai pas pu résister au clin d'œil...

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Considération pour ceux qui nous ont côtoyés, notamment ceux présents sur internet !

 

63-66

Gérard Rondeau

(la passion du Staff !)

​​​​​​

Gérard, fait partie d'un nombre restreint d'élèves du Gué revenus pour y enseigner.

Il fut professeur de Staff/Ornement de 1974 à 2007.

Autre catégorie d'élèves auquel il appartient: celles des élèves dont un membre de la famille a également "fait" le Gué (pas le guet !). Pour Gérard, comme pour André Gailhard (par exemple) leur fils a pris la relève...

Véritable source de documentation pour ce site, Gérard nous a transmis pour les partager entre nous des documents précieux que vous retrouverez dans ce site (section "Belle époque"/"C'était comment déjà ?") et par les liens ci-après.

Je suis particulièrement ému de savoir qu'il a honoré la mémoire de Jean Claude Poiley, professeur de dessin technique, en publiant les supports de cours que celui-ci avait préparé pour notre progression (trois volumes, un par année de CAP). On trouve, depuis la création du site, dans la section "boîte à malice" des dessins que j'avais fait (comme beaucoup d'entre-nous) pendant ses cours.

Il nous confie également une aquarelle de L. Vedrenne et une photo d'André Chauvet.Enfin, il  partage des vidéos et des ouvrages de référence qu'il a écrit sur la technique et la pratique du Staff.

- Bibliothèque électronique de Gérard  : ACCÈS »

​​​​​​(sa bibliothèque contient de nombreux ouvrages de référence sur le staff, le moulage, l'architecture...)​​​​​​

Pour ma part, pour illustrer ce site en tant qu'ancien du Gué, sur son ancienne bibliothèque, j'avais trouvé intéressant la sélection de livres ci-après...

Gérard ayant réaménagé ses archives. Si les liens des images de livres ne fonctionnent plus, ou si vous voulez en voir davantage, rendez-vous sur sa bibliothèque spécialisée : ICI

Cliquer les couvertures de livres pour consulter ou télécharger

- Ses bouquins

 

 

 

 

 

 

 

- La progression de dessin technique de Jean-Claude Poiley :

1ère année

 

 

 

 

 

 

2ème année
3ème année

 

 

 

 

 

 

- Sa vidéo "Un des Meilleurs Ouvrier de france ACCÈS»

(où l'on peut voir les chefs d'œuvres d'André Chauvet, celui de Gérard, et aussi de trois autres élèves du Gué devenus professeurs de Staff au Gué. Jacques Laurent, Frédéric Pirot, Vincent Brossas)

Enfin, je serai complet lorsque j'aurai précisé que, à la recherche d'infos sur Pierre Pillard, j'avais déjà identifié un compte google d'archives publiques de Gérard Rondeau. Ne sachant pas alors qu'il était un de mes compagnons (lui de la promo 66, moi de celle de 67), j'avais alors exploité la source sans l'en remercier. Je m'en excuse maintenant.

 

 

Par ailleurs Gérard m'a fait parvenir les deux e-mails suivants que je partage avec vous car elle contribue à mieux connaître le parcours de certains élèves de la section Staff (assez peu développée par ailleurs dans ce site) :

                   Ancien élèves du gué que tu peux ajouter :
 
 
- Robert Deltombe est né en 1945 et décédé en 2018. Celui-ci a été élève puis professeur de staff au lycée du Gué-à-tresmes de 1975/1976 jusqu'à sa retraite. Robert habitait Yerres.
 
- Gérard Welter est né en 1942 et décédé en 2018. Il a été, lui aussi, un ancien élève section staff au lycée du Gué-à-tresmes puis est rentré chez peugeot style à l'âge de 17 ans pour terminer comme patron.
 
- Jacques Laurent a de même été un ancien élève du Gué en staff. Il est devenu responsable des ateliers du Louvre jusqu'à sa retraite.
 
 - Jean-Jacques Jousse a été de même un ancien élève du Gué en peinture décoration avant de continuer ses études à Paris pour enfin devenir le chef d'atelier de la comédie française où il se trouve le premier sur la vidéo dont les liens sont ci dessous.
......... 
 
- Je viens de retrouver une vidéo sur le Gué ancien avant la réfection des
bâtiments que j'ai mise sur dailymotion, à voir...
 
- De même, tu trouveras une autre vidéo dailymotion dans laquelle les élèves de "3A staff CAP 1991" avaient tenu à fêter la naissance de notre fille Laëtitia en présence de Robert Deltombe et Alain Deau alors professeurs de staff.
 
 
 
 

 

63-66

Bernard Mattens

 

 

lien

 

Anecdotes :

C'est à Bernard que je dois d'être allé  au Gué. C'est un "pays" !. Il était de Lèves et moi de Chartres. Lorsque ma mère a cherché ce qu'elle pouvait faire de moi après avoir dû me retirer du Lycée Marceau, une connaissance commune, Mme Derlon, l'avait adressée à la mère de Bernard...

Bernard est le seul gué à tresmien avec lequel j'ai travaillé c'était en 68 (année fameuse !) à Feignies, près de Maubeuge. Nous avons vécu des moments inoubliables en Belgique...

Nous nous sommes revus quelquefois à Royan et alentours. Les deux peintures sur soie ci-dessus témoignent de ces rencontres....

Peu de temps avant qu'il quitte le Gué alors que je lui demandais ce que representait un de ses dessins (reproduit approximativement ci-contre). Il m'a répondu en me montrant successivement chaque extrémité puis le centre : "c'est bien simple, il faut aller là, là, là ou là... mais ne pas rester là !". Bizarrement j'ai l'impression que cette feuille de route a guidé une bonne partie de ma vie...

​​​En effet, mon activité professionnelle, au-delà de sa diversité, m'a conduit à sillonner la planète : Polynésie française (Tahiti), Canada (Montréal, Toronto), USA (New-york, Princeton, Chicago, Saint Peter, Seattle, Nashville, Houston), Venezuela (Caracas), Irlande (Dublin), UK (Londres,...), Norvège (Oslo), Danemark (Copenhague...), Pays-bas (Amsterdam...), Belgique (Bruxelles...), Luxembourg (Luxembourg), Allemagne (Dusseldorf), France (Paris...), Monaco, Espagne (Madrid, Barcelone), Portugal (Lisbonne), Suisse (Genève), Italie (Rome), Algérie (Alger...), Maroc (Casablanca), Côte d'Ivoire (Abidjan), Nigéria (Port Harcourt), Liban (Beyrouth), UAE (Dubaï, Abu Dhabi), Philippines (Manille), Malaisie (Kuala Lumpur), Corée du Sud ( Séoul, Pusan).

Bien sûr j'ai aussi voyagé à titre privé, mais c'est une autre histoire...

En savoir plus ? >>>

65-68

Michel Bigot

Photo d'hier...

 

Remerciements :

J'ai "connu" Michel par ses écrits sur les blogs de Jeanne Colle (cf page "historique") J'avoue que, par moment, ces écrits de "bleu" m'agaçaient. Cependant, très objectivement il a stimulé mon désir d'apporter ma pierre...

Privilèges de la "jeunesse" (relative) : l'énergie et l'irrévérence ! Michel m'a volontairement ou non incité à faire mieux. Il est indéniablement l'un des aiguillon qui m'a conduit à la création de ce site.

Rendons également à César ce qui appartient à Michel : la prise de vue aérienne du bandeau de ce site m'a été donnée par lui.

Michel est l'un des membres fondateurs de ce site avec Patrick Dubois et Lucien Génovésio.​​​​​ Merci Michel

Dessin de Michel : le château du Gué au printemps 67

Dessin de Michel : le château du Gué au printemps 67

William Ruiz-Alcedo

de nos jours.

 

66-69

Max Denisse

Les informations partagées par Max se trouve dans la section "où les voir ?" et dans la page d'Alain Régis.

Voisin d'Alain à Mourenx, c'est ce dernier qui avait fait entrer Max au Gué à Tresmes, en 1ère année peinture-déco alors que nous étions en 3ème.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :